Les Musiciens de Saint-Julien, La Veillée imaginaireRécompense

La Veillée imaginaire
Airs populaires harmonisés, de Chopin à Canteloube
Alpha productions • Alpha 528 • ISBN 3 760014 1952 • 1 CD • 1 h 04
Sorti le 21 janvier 2010

Au programme

Georges Bizet • Joseph Canteloube • Emmanuel Chabrier • Frédéric Chopin • Maurice Emmanuel • Augusta Holmès • Edmond Lemaigre • Franz Liszt • Maurice Ravel • Julien Tiersot • Pauline Viardot • Airs traditionnels notés par George Sand, Pauline Viardot, Julien Tiersot

Interprètes

Françoise Masset : soprano
François Lazarevitch : direction, flute, cornemuse du centre, cabrette, chabrette, chant
Basile Brémaud : violon
Anne-Lise Foy : vielle à roue, chant
Françoise Tillard : piano
Nita Klein : comedienne

Ecoutez des extraits de La Veillée imaginaire

Pistes

01. Bien Le Bonsoir Charmante Brune - Las Nossas De La Senzilha E Del Pinsou - Janeta Ount Anirem Gardar (Ravel) 4:57
02. Allons mes jolis bœufs 1:48
03. C'était une p'tit' jeune fille - Mariez-moi 4:36
04. Bourrée (Chopin) - Bourée (Lemaigre) - Bergère & chasseur (Chabrier) 4:54
05. Que les amants ont de peine (Chabrier) 3:22
06. Marche de l'Anglard 2:56
07. Le coucou & l'alouette 3:45
08. Il fait du vent sur une route (Pourrat) 0:35
09. Les Lavandières (Holmes) 4:58
10. Suite de Nohant: Andantino - Bourrée d'Aurore Sand - En traversant les plain's & les montagnes 4:31
11. Mon doux ami (Bizet) 4:36
12. Tant que j'avais des noisettes - Allons au bois - Lorsque j'aivions des noisettes (Emmanuel) 2:52
13. Mai grand meire (Emmanuel) - Ç'ast les gens de Bouze (Emmanuel) 2:46
14. Pastorale (Liszt) 1:56
15. Tè l'co tè (Canteloube) 0:43
16. Mon bel amy (Viardot) 2:26
17. Villageoise - Bourrée (Lemaigre) - Vieille chanson (Viardot) 5:46
18. Brezairola (Canteloube) 3:20
19. Bourrée D'Antoine Chabrier - Ound' Onoren Gorda (Canteloube) 3:45

Presse

Diapason • 5 diapasons
François Laurent

«  L'imagination au pouvoir
[…] C'est de tout cela que s'inspirent François Lazarevitch et ses Musiciens de Saint-Julien, pour une « Veillée imaginaire » confectionnée et interprétée avec grand soin : un assortiment de chansons, danses et autres ponctuations sonores de la vie aux champs. Quelques bribes littéraires empruntées aux plumes régionalistes de Pourrat et Vincenot viennent s'intercaler et plantent le décor, saupoudrées dans un chaleureux murmure par Nita Klein, telle une marchande de sable suggérant à merveille « l'écoute et le rêve favorisés par la pénombre ». Il n'y a plus qu'à se laisser guider, puis surprendre.
Suivant la nature de ce qui est chanté, on aura affaire à une voix « trad » masculine (Bien le bonsoir charmante brune) ou féminine (Tant que j'avais des noisettes), et bien à une véritable mélodiste - l'excellente Françoise Masset qui distille la mélancolie comme personne (voyez les merveilles « notées » par Bizet, Holmès et Viardot). La vielle, la flûte, le violon, la cornemuse ne se cantonnent pas au répertoire traditionnel, qu'ils mettent astucieusement en regard de certains décalques plus savants ; ils s'invitent également au milieu d'une mélodie de Ravel ou Chabrier. Leurs couleurs se marient alors avec goût à celles du vieil Erard de Françoise Tillard, tissant par exemple pour la Brezairola de Canteloube un accompagnement de toute beauté. Un enchantement… »

Le Monde, 7/8 mars 2010
Renaud Machart

« Cet étonnant disque sonne comme si l'on se trouvait dans le salon de musique d'une demeure bourgeoise provinciale : au-dedans, une soprano éduquée (Françoise Masset), un piano Erard ancien (Françoise Tillard), un flûtiste (François Lazarevitch). À l'extérieur, un chœur de paysannes avec cornemuse et brailleur (Lazarevitch à nouveau), vielle à roue (Anne-Lise Foy) et violoneux (Basile Brémaud). Échangeant, se mêlant d'une manière inattendue mais bien entendue, ces musiciens (et une diseuse intercalaire) reconstruisent le « pont » entre le traitement « classique » de chansons populaires et leur cadre originel. Le résultat, a priori paradoxal, est d'une fraîcheur et d'une saveur enthousiasmantes. »

ConcertoNet.com
Sébastien Foucart

« Cette publication soigneusement présentée rappelle une ancienne tradition campagnarde, les veillées, moments de rencontres et d'échanges « entre souper et coucher ».

» Lire la suite

Il se dégage de cette heure de musique, à savourer bien sûr le soir et d'une traite, un charme singulier et une émotion à nulle autre pareille suscitées par les interventions de la cornemuse mais aussi par la voix inoubliable de Françoise Masset. Tout cela sonne avec authenticité, les alliages de timbre rendant l'écoute de cette petite merveille pleine de poésie et de mélancolie tout particulièrement délectable. »

Cliquez sur la photo
pour voir les photos de l'enregistrement par
Robin .H. Davies

Copyright © Les Musiciens de Saint-Julien, 2005-2017 | Contact | Mentions légales | Crédits | Haut